Comment s’est passé ce premier week-end de la saison ?
« Au-delà de mes deux podiums, le résultat global de l’équipe est extrêmement positif avec la victoire de Dorian dans la deuxième course. Même si je repars de Nogaro en leader, je garde la tête froide comme ce n’est que le début de saison. Il y a deux ans, j’avais manqué le podium général final en fin de saison malgré mon doublé à Nogaro... »

TB2S entre dans sa septième saison, l’âge de raison pour le titre ?
« C’est l’objectif en tout cas. J’espère être dans le match chez les pilotes, mais nous pouvons également compter sur Dorian Guldenfels, un jeune très rapide nous ayant rejoint avec l’envie de gagner dès cette année. Nous pouvons aussi viser la couronne du côté des équipes avec l’appui de Guillaume Savoldelli. Il a un peu manqué de réussite l’an dernier, mais il a toujours été dans le rythme et j’espère qu’il réussira à concrétiser en obtenant de bons résultats. »

Comment a évolué l’équipe depuis ses débuts ?
« Nous avons toujours notre garage, donc nous nous occupons de la mécanique et de la logistique, sans oublier l’aide de mes parents du côté de l’intendance. Malgré notre structure familiale, nous pouvons également nous appuyer sur des mécaniciens professionnels et c’est bien là tout l’intérêt de la Clio Cup : pouvoir faire les choses sérieusement dans des budgets raisonnables. »

Pourquoi une telle fidélité à la Clio Cup ?
« Son principe est toujours aussi séduisant. C’est une catégorie où l’on peut se faire plaisir avec beaucoup de bagarres en course tout en étant accessible. Quand je vois ce qu’il y a en face, il faut savoir rester réaliste même si d’autres disciplines peuvent faire rêver... Nous attendons plus de détails sur la future génération de Clio Cup, mais notre avenir devrait encore s’écrire avec Renault Sport ! »

share