UN PARTENARIAT FRANCO-AMÉRICAIN

Avant 1924, la plupart des tentatives de records mondiaux se tiennent hors de France au détriment des fabricants français, sur les circuits de vitesse de Brooklands (en Grande Bretagne), d’Indianapolis (aux États-Unis), et de Monza (en Italie). Mais l’ouverture du circuit de Montlhéry en octobre 1924 change la donne. Quand Louis Renault charge Robert Plessier, à l’époque à l’atelier d’essai, de relever le défi, ce dernier choisit pour bras droit, l’américain J.A. Garfield : ensemble, ils vont mettre en place l’équipe, superviser la production, et s’adonner eux-même aux tentatives de record. Un partenariat de choc voit le jour.